Évitez les pièges et les mauvaises surprises, consultez notre guide
et faites construire votre maison en toute sérénité…

Vous souhaitez faire contruire votre maison au meilleur prix ?

  • Rapide

  • Sans engagement

  • 100% gratuit

Les contraintes à prendre en compte pour établir ses plans

Les contraintes à prendre en compte pour établir les plans

Entre la bastide provençale, le chalet savoyard, la maison style Mansart, de plain-pied ou avec étage(s), il y a quasiment une infinité de possibilités de constructions. Il est donc important de bien savoir ce que l'on veut, car le choix est définitif ! Pour être au mieux certain de ne pas s'être précipité vers telle ou elle solution et le regretter plus tard, il faut évidemment prendre le temps de la réflexion. 

Et construire solidement une telle réflexion, se projeter dans l'avenir, dans 10 ou 20 ans : quels sont et seront les besoins, quel est le budget, quelles sont les contraintes du terrain ?

Les besoins

Ils vont déterminer principalement la surface de la maison (m² habitables), mais pas seulement : nombre de pièces, nombre de chambres, nombre de salles d'eau, surface du séjour, garage à 1 ou 2 voitures, type de chauffage…

La définition de ces besoins va faire émerger des orientations : maison de plain-pied ou avec étage(s), combles aménageables ou pas, toiture terrasse ou en pente…

Le budget

C'est le sujet de réflexion le plus facile à traiter car il a peu de flou : en fonction de vos apports et de vos ressources, vous aurez vite confirmation de vos capacités d'emprunt et de vos capacités de remboursement. Certes, vos ressources peuvent évoluer dans le temps, mais il peut être imprudent de faire construire maintenant avec des ressources futures, par essence non certaines.

Pensez également à conserver des ressources budgétaires et / ou du temps pour aménager le terrain de sorte que votre future belle maison ne soit pas implanté en plein milieu d'un no man's land !

Le terrain

Les contraintes imposées par le terrain peuvent aussi être nombreuses. La qualité du sous-sol, le coefficient d'occupation du sol (COS), l'éloignement des accès et des réseaux, un terrain plat ou en pente, les règles d'urbanisme, l'orientation et l'ensoleillement, les vents dominants, la vue … vont influer sur vos choix, voire en imposer certains. Autrement dit, il est difficile de se fixer sur un choix de terrain sans savoir déjà un peu ce qu'on va construire dessus.

Entre besoins, budget, terrain vous allez donc, à coups de réflexions itératives sur ces 3 thèmes, arbitrer entre ce qu'il est souhaitable de construire et ce que vous pourrez construire : le style, la surface, les différents choix et solutions (matériaux, isolation, chauffage, aménagements,…). C'est l'occasion d'utiliser internet où il existe une multitude de sites présentant des bibliothèques de maisons, de plans, de façades etc…

Les surfaces

C'est le nombre d'habitants de la maison (permanent ou non) qui va être déterminant pour évaluer la surface de la maison. Il en découle en effet le nombre de pièces (chambres), le nombre de salles d'eau, la taille du séjour, le nombre de pièces annexes (bureau, buanderie etc.).

Mais le degré de confort voulu va aussi intervenir : la surface totale de la maison sera plus importante avec des chambres de 14 m², voire une suite parentale de 20 m², que des chambres de 9 m².

Le tout sera arbitré par le budget et la réglementation (surface habitable).

L'orientation

En premier, c'est le terrain qui décide. Par exemple, s'il est en pente face au nord, il sera plus difficile d'y construire une maison ouverte sur le soleil (sud) et la vue !

En second, c'est le plan local d'urbanisme qui intervient : il peut fixer des distances, des hauteurs maximales, il fixe carrément une surface maximale.

Enfin, l'orientation se décide pièce par pièce :

  • Les chambres, 
    • à orienter plutôt à l'est pour profiter de la lumière du matin et de la fraicheur du soir, surtout pour les enfants qui passent beaucoup de temps dans leur chambre,
    • ou, de façon moins favorable (en fonction du terrain), à l'ouest (volets fermés en journée) voire au nord  pour celle des parents (qui passent plus de temps au séjour, à la cuisine).
  • Le salon, le séjour plutôt sud-est ou sud-ouest pour profiter du soleil et de la luminosité sans être ébloui ou surchauffé en été.
  • La cuisine :
    • si elle est conçue en tant que pièce à vivre, elle pourra être exposée au sud (luminosité), donnant sur une terrasse, avec une porte fenêtre pas trop imposante pour éviter la surchauffe d'été (qui sera renforcée par les appareils de cuisson (four) qui produisent de la chaleur),
    • sinon, elle pourra être orientée au nord : elle sera plus sombre, plus fraiche (mais ce sera compensé en hiver par les appareils de cuisson),
    • devra être proche du séjour (salle à manger) et de la terrasse.
  • Les salles de bain, le bureau (ou le coin de travail) sont plus souvent éclairés par des sources électriques que par le soleil : ils peuvent être dans les parties sombres de la maison, et même au nord. Pour le bureau, cela évitera en outre des reflets sur les écrans d'ordinateur.
  • Toutes les autres pièces (entrée, garage, celliers, débarras, atelier…) sont des pièces froides où il n'est pas nécessaire d'avoir 19° : orientées vers le nord, elles serviront de sas avec les pièces principales mieux chauffées et permettront de réduire le budget chauffage.

Les volumes

Dans les constructions anciennes, la notion de volume n'était un critère (à surface habitable donnée) que pour déterminer la hauteur sous plafond en lien avec le ressenti de confort. Le chauffage était calculé "par excès" : de telle sorte que quelles que soient les températures extérieures, la température intérieure devait être suffisante.

Dans les constructions actuelles, le mode de raisonnement s'est inversé : ce n'est pas le chauffage qui, sur le mode "qui peut le plus peut le moins", est surdimensionné, c'est l'isolation qui est calculée précisément de telle sorte que la maison consomme le moins possible, voire pas du tout. Si les volumes sont "tarabiscotés", il y aura un double surinvestissement : l'un pour financer des surfaces à construire plus importantes, l'autre pour financer des isolations plus épaisses pour compenser l'accroissement des surfaces en contact avec l'extérieur.

La compacité de la maison est donc aujourd'hui un facteur important d'économies  à la construction et à l'utilisation : une maison avec 1 étage est plus compacte qu'une maison en rez-de-chaussée.

Les ouvertures

Les portes et fenêtres étant moins isolants que les murs, et dans la mesure où à la fois un plafond de consommation (RT 2012), et une surface minimale de baies (mini 1/6ème de la surface habitable) sont exigés, les dimensions de ces portes et fenêtres sont quasiment imposées pour respecter la norme.

Attention : 

  • à la fenêtre sur évier : pour l'ouvrir, elle doit être plus haute que le bec du robinet (ou alors, au lieu d'être à battant, elle doit être de type guillotine –comme les fenêtres anglaises- ou oscillo-battantes –comme les fenêtres allemandes) ;
  • des grandes fenêtres vont diminuer l'espace des murs et donc les possibilités de placer des meubles.

En matière de vue vis-à-vis des propriétés voisines, tout n'est pas permis.

Si vous avez une vue droite sur votre voisin (dans l'axe de l'ouverture, sans vous pencher), et que vous voyez chez votre voisin, alors l'ouverture doit être au minimum à 1.90 m de la limite de propriété (la distance étant mesurée à l'extrémité extérieure de la fenêtre).

Si vous avez une vue oblique (en se penchant), la distance est de 0.60 m.

Vous pouvez aménager des "jours de souffrance" : fenêtres fixes laissant passer la lumière, mais pas la vue. Ils doivent être  placés à 2.60 m au-dessus du plancher en rez-de-chaussée, et à 1.90 m dans les étages supérieurs.

Pour vous affranchir de ces contraintes légales, il vous faut l'accord de votre voisin.

L'agencement des pièces

Même si on vise une orientation idéale des pièces de la maison, on ne peut pas pour autant les agencer dans n'importe quel ordre : il y a des zones d'usage à respecter pour une occupation harmonieuse de la maison.

Par exemple :

  • Les zones parents / enfants,
  • Les zones nuit / jour,
  • Les zones service / agrément,
  • Les zones publique / privé.

Ainsi 

  • pour aller de l'entrée au garage, il vaut mieux ne pas passer dans le couloir qui dessert les chambres,
  • le wc est mieux placé entre la partie jour et la partie nuit : il peut être utilisé par des visiteurs sans nuire à l'intimité des occupants des chambres (zone public / privé),
  • une salle de bains servant à la fois aux parents et aux enfants est idéalement placée entre leurs chambres respectives (et non comme une pièce à l'intérieur de la chambre parents),
  • dans une maison à étages, les chambres d'enfants ne seront pas placées au-dessus du séjour, mais plutôt la chambre des parents,
  • une chambre d'amis sera placée plutôt proche de l'entrée.

Le hall d'entrée et les couloirs

Ce sont des espaces qui ne servent qu'aux déplacements entre pièces, on n'y vit pas. Leur construction coûte cependant le même prix au m² que le reste de la maison, ils font aussi partie de la surface habitable. On a donc intérêt à ce qu'il y en ait le moins possible : à budget identique, plus il y aura de couloirs et de hall et d'escalier, plus petites seront les pièces.

En pratique, 

  • la largeur du couloir doit permettre le passage d'une personne (= minimum la largeur de la porte, 80 cm)
  • la largeur du hall d'entrée doit permettre le croisement de 2 personnes.

Les placards

C'est l'avantage de construire une maison : les placards peuvent (doivent !) être pensés au moment de la conception, et donc parfaitement intégrés à la fois pour donner une impression d'ordre et pour libérer de l'espace.

Ils sont indispensables dans les chambres d'enfants pour ranger jouets et habits où ils peuvent occuper un mur entier du sol au plafond, ou, selon la dimension de 2 chambres mitoyennes occuper ½ mur en quinconce dans chaque chambre.

Dans une chambre parentale, 4 m² suffisent pour créer un dressing.

Des notions d'accès sont à considérer :

  • Les portes du placard :
    • Battantes, elles donnent un accès totalement ouvert au placard, mais il leur faut un dégagement d'au moins 1m,
    • En accordéon, le débattement est moitié plus faible, mais une partie du placard est cachée,
    • Coulissantes, le débattement est nul mais la moitié du placard est cachée.
  • Les accès les plus aisés sont situés entre 0.60 m et 2.10 m du sol : en dessous et au-dessus, c'est l'endroit pour ranger les affaires les moins utilisées et les plus volumineuses (valises par exemple). Entre les 2, c'est l'endroit où multiplier les étagères et les tiroirs etc…
  • A proximité des portes ou des fenêtres, il peut y avoir une gêne pour l'ouverture d'un placard,
  • Dans un couloir, il faut agrandir le couloir de sorte que, portes du placard ouvertes, il reste encore 80 cm de largeur pour le passage d'une personne.
  • Les coins (sous l'escalier, sous-pentes de toits de moins de 1m80) sont tentants mais peu pratiques. Surtout pour les personnes de grande taille car il faut se plier en 2 pour y accéder. Et parce qu'ils nécessitent des aménagements spéciaux.

Vous souhaitez faire contruire votre maison au meilleur prix ?

Partagez cet article
Nos services

Comparez les devis
de 4 constructeurs
gratuitement

Définissez votre projet