Évitez les pièges et les mauvaises surprises, consultez notre guide
et faites construire votre maison en toute sérénité…

ATTENTION ! Les constructeurs ne font pas de piscine. Comparez 4 devis d’artisans spécialisés dans la construction de piscine

  • Rapide

  • Sans engagement

  • 100% gratuit

Le traitement de l'eau d'une piscine

La nécessité d'entretenir la qualité de l'eau

La filtration (élimination des impuretés présentes dans l'eau) n'est pas suffisante pour assurer une eau agréable pour le  bain. Il faut, en effet, surveiller 4 éléments. Cela se fait 

  • avec des bandelettes contenant un réactif (il suffit de les plonger dans l'eau quelques secondes), 
  • ou avec des réactifs colorimétriques qui changent de couleur selon le niveau de la propriété analysée, 
  • ou par des appareils électroniques automatiques.

Le pH

C'est une valeur qui va de 0 à 14. A 0, on a quasiment de l'acide pur, à 14 de la soude pure. A une valeur de 7, le pH est neutre. 

Idéalement, l'eau de piscine doit être entre 7.2 et 7.6.

En-dessous de 7, l'eau sera trop acide, piquera les yeux, au-dessus de 7.6, l'eau sera trop basique, le tartre va se déposer et les algues se développer.

On ajuste le pH par des ajouts de produits chimiques, acides ou basiques selon les cas.

Le pH varie beaucoup en fonction de la fréquentation de la piscine (apports basiques par les baigneurs, pollution par les crèmes solaires), en fonction de la météo (pluies plus ou moins acides), en fonction du vent (brassage), et des pollutions (feuilles, épines de pin). C'est donc une donnée à surveiller en permanence.

La dureté

C'est la minéralisation de l'eau : elle se mesure en T.H. : titre hydrotimétrique.

De 0 à 7, l'eau est très douce, de 7 à 15 elle est douce, de 15 à 30 elle est plutôt dure, de 30 à 40 elle est dure, au-delà de 40 elle est très dure.

Une eau de piscine entre 15 et 20 convient très bien. Autant il est facile d'augmenter la dureté (il suffit de rajouter du carbonate de calcium, produit chimique banal et bon marché), autant il est compliqué de la diminuer : il faut l'adoucir par un adoucisseur et des résines qui ne serviront que très peu.

Ce n'est pas une donnée qui varie beaucoup : elle n'a pas besoin d'être surveillée en permanence.

L'alcalimétrie

C'est aussi une donnée qui varie peu et qu'il suffit de surveiller de temps en temps (ou quand il y a un doute sur la qualité de l'eau). Elle se mesure en titre alcalimétrique complet (TAC) qui idéalement sera compris entre 12 et 16°f. Elle se corrige en rajoutant du carbonate de sodium, car, trop basse, elle va provoquer des variations importantes de pH qui deviendra incontrôlable.

La désinfection

Les indicateurs d'une eau pure et désinfectée varient suivant les systèmes installés.

La désinfection au chlore ou au brome

Les actions bactéricides du chlore et du brome sont efficaces en éliminant les impuretés organiques et en possédant des propriétés algicides et oxydantes.

Ils se présentent sous la forme de produits chimiques (hypochlorite de calcium, chlore organique…) à ajouter à l'eau de la piscine, dans le skimmer (pour éviter que le chlore dégagé ne décolore le liner par exemple) ou par des doseurs automatiques.

Désinfection au chlore

Si l'eau est trop chlorée (plus de 1.0 ppm), elle devient agressive pour les baigneurs (odeur de javel, irritation des yeux, peau sèche) et pour l'équipement de la piscine (décoloration du liner, endommagement des joints, porosité). Avant de traiter, le premier réflexe est d'arrêter le traitement automatique par le chlore s'il y en a un, car la teneur en chlore va descendre toute seule. Il suffira de le reprendre le moment opportun.

Si l'eau n'est pas assez chlorée, les algues et bactéries vont proliférer, le sol et les parois devenir glissants et cela va aller de pire en pire : il faut traiter.

Eventuellement par un "traitement choc" : du chlore pur (en l'absence de tout baigneur !).

Désinfection au brome

Le brome a plusieurs avantages par rapport au chlore :

  • Il est moins sensible au pH (et le fait moins varier selon sa concentration),
  • Il n'est pas sensible aux UV du soleil,
  • Et surtout, il est sans odeur, non irritant pour la peau, les yeux et les muqueuses.

Mais il a un inconvénient : son prix, bien plus élevé à l'usage.

Désinfection par traitement UV

Les rayons ultra-violets ont la capacité de "tuer" les bactéries. Le traitement de l'eau consiste donc à la faire passer sous un rayonnement UV.

Mais, ce traitement est uniquement curatif. Il faut lui adjoindre un traitement préventif de l'eau pour empêcher la prolifération d'algues, bactéries et micro-organismes. La lampe UV est donc associée à une pompe doseuse d'un produit dit "rémanent" (souvent de l'oxygène actif).

C'est un système sophistiqué puisqu'il faut un régulateur de pH, une lampe UV et un doseur de produit rémanent. Il est donc coûteux à l'installation. Le coût de fonctionnement est à prendre en compte aussi : le coût du produit rémanent, le changement de la lampe (la durée de vie varie selon les fabricants et la durée d'allumage de la lampe).

En contrepartie, c'est un système qui nécessite peu de produits chimiques, qui est automatique, et qui donne une eau très agréable pour la baignade : pas d'odeurs, pas d'allergies, pas d'irritations.

Désinfection au sel

L'eau est légèrement salée (par du sel d'adoucisseur) jusqu'à 4 à 5 g/l (soit 4 à 5 kg / m3). 

Après la filtration, l'eau passe dans un électrolyseur, appareil électrique à basse tension qui va extraire le chlore du chlorure de sodium (c'est le nom chimique du sel). Le chlore, dans la piscine, a alors un fonctionnement identique à la désinfection au chlore. Sauf qu'il est présent en permanence, en plus petite quantité, et que l'eau est donc beaucoup plus agréable pour le baigneur : son goût salé se remarque à peine, voire est plaisant pour certains (par comparaison, l'eau de mer est saline à hauteur de 30 à 40 g/l).

Après avoir fait son effet, le chlore libéré se retransformera progressivement en sel : c'est un cycle permanent. 

En plus le sel est autorégulant. Quand la température de l'eau augmente, la protection de l'eau demande de plus en plus de chlore. Ça tombe bien : la production de l'électrolyse du sel augmente aussi, et dans la même proportion, quand la température de l'eau augmente.

Un inconvénient du système de désinfection au sel est qu'il provoque des variations de pH de l'eau : il faut donc le doubler impérativement d'un régulateur automatique de pH.

Au final, l'investissement est élevé : cellule électrique pour l'électrolyse du sel et régulateur de pH.

Mais, une fois le système installé, il n'y a plus rien à faire, sauf à changer tous les  5/ 6 ans la cellule d'électrolyse (environ 500 €, c'est moins cher que le chlore qui aurait été acheté pendant la même durée pour une désinfection au chlore).

Comparez 4 devis d’artisans spécialisés votre maison au meilleur prix ?

Partagez cet article
Nos services

Comparez les devis
de 4 constructeurs
gratuitement

Définissez votre projet