Évitez les pièges et les mauvaises surprises, consultez notre guide
et faites construire votre maison en toute sérénité…

ATTENTION ! Les constructeurs ne font pas de piscine. Comparez 4 devis d’artisans spécialisés dans la construction de piscine

  • Rapide

  • Sans engagement

  • 100% gratuit

La filtration de l'eau

La pompe

Sa puissance doit être adaptée à l'installation :

  • Taille du bassin,
  • type de filtre,
  • débit des tuyauteries et longueur entre le bassin et la pompe.

C'est l'élément bruyant de l'installation : une pompe légèrement trop puissante peut être plus silencieuse. On peut aussi la poser sur un tapis absorbeur de bruit.

Le filtre

3 systèmes existent.

Le filtre à sable

C'est le plus courant car le meilleur rapport prix / usage à l'installation comme à l'entretien. C'est une cuve (encombrante) remplie de sable à granulométrie fine dans laquelle l'eau de la piscine est pulsée par la pompe.

La qualité de la filtration du filtre à sable (20 à 40 microns) n'est pas la meilleure des 3 systèmes, mais elle peut être améliorée au coup par coup par l'emploi d'un floculant.

Son entretien est facile : 

  • un nettoyage régulier à contre-courant (ce qui déclenche une évacuation de l'eau à l'égout, donc une consommation d'eau) : les impuretés encrassent le filtre, la pression monte dans le circuit (manomètre), au-delà d'un certain seuil il faut procéder au nettoyage ;
  • un détartrage annuel ;
  • un changement de sable tous les 5 à 7 ans.

Le filtre à diatomées

La diatomée est une poudre blanche extrêmement fine, poreuse et absorbante, composée de squelettes d'algues microscopiques unicellulaires fossilisées.

L'appareil et son fonctionnement sont proches du filtre à sable : les diatomées sont versées dans le skimmer, viennent se bloquer contre la membrane du filtre et assurent ainsi la filtration.

Comme le filtre à sable, la pression dans le filtre monte au fur et à mesure de l'encrassement : le nettoyage se fait par contre-courant (avec consommation d'eau et de diatomées qu'il faudra renouveler).

Ce système 

  • assure la filtration la plus fine (5 à 10 microns),
  • est incompatible avec une eau très calcaire (il va se boucher beaucoup trop vite), certains traitements (anti-algues),
  • pose un problème d'évacuation : il est interdit de rejeter les diatomées dans la nature car elles ont un fort pouvoir colmatant (des tuyaux, réseaux d'épandages, stations d'épuration) : il faut donc installer après le filtre un bac de récupération à vider après chaque lavage
  • est plus compliqué d'utilisation que le filtre à sable,
  • coûte plus cher que le filtre à sable, à l'installation et à l'entretien.

Le filtre à cartouches

Il a un pouvoir filtrant intermédiaire (10 à 40 microns) entre le filtre à diatomées et le filtre à sable. C'est une cartouche en papier, fibres végétales ou synthétiques placée avant la pompe. Elle est moins encombrante qu'un filtre à sable.

Il demande des nettoyages un peu plus fréquents (au jet d'eau) que le filtre à sable et des changements réguliers de la cartouche : de ce fait il revient plus cher.

Le robot

Le robot de piscine vient en complément du coup d'éponge, de l'épuisette et du balai : il nettoie automatiquement le fond de la piscine et les bords.

Ils sont de 3 types

Le robot hydraulique à aspiration


Il se branche sur la prise balai, la pompe le fait avancer, il aspire les saletés présentes surtout au fond de la piscine (peu sur les parois et l'escalier) et les envoie sur le filtre principal de la piscine (filtre à sable ou autre). Il peut être équipé d'un pré-filtre à nettoyer régulièrement.

C'est le système le moins couteux et le moins efficace.

Le robot surpresseur


La prise balai, par un système de vannes, voit son fonctionnement inversé : elle refoule (par un moteur accessoire surpresseur) au lieu d'aspirer. La pression de l'eau soulève les impuretés (fonds, parois et escaliers) que le robot récupère dans un sac dédié. Il ne reste plus qu'à le vider.

Sans électronique compliquée ni mécanique sophistiquée (tout est en plastique résistant aux produits de la piscine – tartre, chlore..), c'est un bon compromis coût d'installation / coût et simplicité de fonctionnement / qualité du nettoyage.

Le robot électrique autonome

Le robot électrique (à fil ou à batterie) est préprogrammé pour effectuer des cycles de nettoyage (fonds, parois et escaliers) réguliers en aspirant les saletés dans son propre filtre : à nettoyer régulièrement.

Contrairement au surpresseur, il ne modifie pas l'installation hydraulique de la piscine. Mais, au final, l'investissement est plus important car il coûte cher. Et, de technologie moins "rustique" que le robot surpresseur, il peut être plus fragile.

Comparez 4 devis d’artisans spécialisés votre maison au meilleur prix ?

Partagez cet article
Nos services

Comparez les devis
de 4 constructeurs
gratuitement

Définissez votre projet